SPRACHE
Enfants à vélo: Le BPA favorable à l’obligation de porter un casque

​En cas d’accident, les casques de vélo peuvent offrir une protection contre de graves blessures à la tête. C’est pourquoi il est particulièrement important que les enfants en portent un. Non seule-ment ceux-ci courent un risque d’accident spécialement élevé, mais ils sont également très exposés aux blessures à la tête. Pourtant, un quart des enfants en Suisse circulent encore sans casque. Le BPA demande par conséquent que le port du casque soit obligatoire pour les enfants jusqu’à 14 ans.

Pour les enfants, le port d’un casque de vélo est particulièrement important. En effet, en raison de leur stade de développement et du manque d’expérience, ils ne sont pas encore sûrs dans la circulation routière, ne sachant pas encore évaluer correctement les situations de trafic ni les dangers. À vélo, ils courent donc un plus grand risque d’accident que leurs aînés.

Chez les jeunes enfants, le risque de blessures à la tête est en outre extrêmement élevé. Cela est dû à la conjonction entre la taille et le poids particulièrement élevés de leur tête et le niveau de développement comparativement faible des muscles de la tête et de la nuque. Par ailleurs, les os de leur crâne sont moins durs et, partant, plus fragiles.

Le port d’un casque est un moyen simple et efficace de réduire la probabilité d’une blessure à la tête en cas d’accident. Afin de renforcer la sécurité des usagers de la route les plus vulnérables, le BPA demande que le port du casque soit obligatoire pour les enfants jusqu’à 14 ans – une exigence à laquelle près de 90% de la population adhère depuis de nombreuses années, selon différents sondages représentatifs.

Au cours des dernières années, des campagnes et opérations de sensibilisation ont conduit, en Suisse, à une augmentation du taux de port du casque chez les enfants. En 2018, ce taux était de 75%, contre seulement 30% vingt ans plus tôt. Malgré cette évolution réjouissante, un quart des enfants roulent encore sans casque. L’expérience d’autres pays montre que, pour que le taux de port continue de progresser, on ne peut s’en remettre à la bonne volonté de la population et que cet objectif ne peut donc être atteint qu’en introduisant une obligation légale de port du casque. Une telle obligation est également nécessaire du point de vue de l’égalité des chances: tous les enfants doivent pouvoir bénéficier de la protection qu’offre un casque de vélo, y compris ceux dont les parents ne sont pas sensibilisés à cette question. Ce besoin particulier de protection des enfants doit être inscrit dans la Constitution. Des dispositions spéciales relatives à la protection des enfants existent déjà dans d’autres domaines (p. ex. en ce qui concerne le tabac et l’alcool).

Plusieurs pays européens ont déjà introduit l’obligation du port du casque pour les enfants. En font partie l’Autriche, la Suède, la France et la Croatie. L’âge jusqu’auquel cette obligation s’applique varie entre 12 et 16 ans. Dans d’autres pays, comme la Finlande, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, l’obligation du port du casque vaut même pour tous les cyclistes.

Le port du casque n’est pas le seul facteur à influencer la sécurité des cyclistes. Dans son dossier de sécurité «Trafic cycliste», le BPA mentionne de nombreuses mesures de sécurité efficaces, dont des ronds-points, carrefours et débouchés conçus en tenant compte des cyclistes, une planification à large échelle des réseaux cyclables ou encore des limitations de vitesse adaptées au trafic mixte sur les routes à l’intérieur des localités.

Août 2019

Weitere Informationen

Ja