Communiqué de presse | 11 novembre 2019

Véhicules automatisés La formation à la conduite doit être entièrement repensée

Les voitures autonomes sans volant, ni accélérateur, ni pédale de frein ne sont pas une utopie. S’il faudra attendre encore quelques décennies avant que ces véhicules ne conquièrent nos routes, les systèmes d’assistance à la conduite vont cependant occuper une place de plus en plus importante et alléger progressivement la tâche des automobilistes. Il se pose donc la question de savoir ce que les élèves conducteurs de demain devront encore apprendre. Quel sera le contenu de la formation théorique? Qu’évaluera-t-on à l’examen pratique, si les voitures ont de moins en moins besoin d’un conducteur? Le BPA étudie intensivement ces questions. Une chose est sûre: la formation à la conduite doit être entièrement repensée.

Plusieurs décennies vont encore s’écouler avant que toutes les voitures circulant en Suisse ne roulent de manière autonome, pendant qu’on lira, travaillera ou dormira sur le siège passager. Les progrès de l’automatisation sont cependant déjà visibles. Ainsi, un nombre croissant de voitures sont équipées de systèmes d’aide à la conduite qui, dans certaines situations, interviennent dans le guidage, le maintien de la distance de sécurité ou encore le freinage.

Phase de transition longue et dangereuse

Selon les experts de la circulation du BPA, le nombre d’accidents sera nettement plus faible lorsque tous les véhicules seront entièrement automatisés. La phase de transition, qui, comme indiqué plus haut, devrait durer plusieurs dizaines d’années, sera cependant délicate, car elle générera de nouveaux dangers. Il se peut par exemple que les automobilistes surestiment l’efficacité des systèmes d’assistance à la conduite ou se fassent une fausse idée de leur fonctionnement et que, par conséquent, ils conduisent dangereusement. Une partie des moniteurs d’auto-école abordent déjà la question des aides à la conduite

Il est essentiel que la formation à la conduite s’adapte en fonction de l’évolution technologique. Une enquête en ligne du BPA à laquelle ont participé 338 moniteurs d’auto-école de Suisse ro-mande et de Suisse alémanique a montré que 46% de ces derniers parlent déjà systématiquement dans leurs cours de certains systèmes d’aide à la conduite, tels que l’assistance au freinage d’urgence ou l’aide au maintien dans la voie. Si ces initiatives personnelles sont louables, le facteur déterminant réside dans la nature des informations communiquées dans le cadre de la formation théorique. Cette dernière permet de montrer aux élèves conducteurs non seulement les avantages des systèmes d’aide à la conduite, mais également leurs limites et les nouveaux risques qu’ils impliquent.

Rôle des aides à la conduite dans l’examen pratique

Dans le cas des voitures faiblement automatisées, qui vont être les premières à se répandre sur le marché, l’être humain est en tout temps responsable de la conduite. Lors d’une étape ultérieure, il laissera la voiture rouler toute seule dans certaines conditions (définies par le constructeur), mais devra être prêt à reprendre rapidement le contrôle du véhicule en cas de nécessité. Cette évolution soulève de nombreuses questions en rapport avec la formation à la conduite, auxquelles le BPA s’intéresse de près. Exemples: comment la conduite pourra-t-elle devenir routinière, le jour où l’être humain ne devra intervenir plus qu’exceptionnellement dans cette opération? À quoi ressemblera la formation théorique, une fois que les voitures seront capables de reconnaître tous les panneaux de signalisation grâce à des capteurs? Les élèves conducteurs devront-ils en fait encore apprendre la signification des panneaux de signalisation?

On peut imaginer que la compréhension de la technologie automobile va gagner en importance dans la partie théorique de la formation à la conduite. Il se pose également la question de savoir si, à l’examen pratique, les personnes devront encore conduire elles-mêmes ou s’il arrivera un moment où on leur demandera de n’intervenir qu’en cas de nécessité.

Cette multitude de questions ouvertes montre que la formation à la conduite doit être largement repensée afin que la sécurité routière ne pâtisse pas des progrès technologiques.

shopping_cart
Vers le panier
0

Félicitations, la sécurité dans le sport vous tient à cœur.

Découvrez les précieux conseils du BPA pour votre discipline.

Félicitations, la sécurité dans le sport vous tient à cœur.