Communiqué de presse

Sondage du BPA auprès de la population Danger des tomates cerises sous-estimé pour les enfants en bas âge

Près d’un Suisse sur trois pense qu’une tomate cerise ne représente pas un danger pour un enfant en bas âge alors qu’en réalité, le risque d’étouffement avec des aliments de cette taille existe bel et bien. Deux enfants de moins de cinq ans meurent d’ailleurs en moyenne par asphyxie chaque année en Suisse. Le BPA recommande par conséquent de garder hors de portée des enfants en bas âge les objets et aliments plus petits qu’une balle de ping-pong.

Environ 90% de la population suisse sait qu’un enfant en bas âge peut s’étouffer en avalant une bille ou une cacahuète. Le fait que de nombreux autres aliments peuvent être dangereux est cependant souvent sous-estimé. Le sondage 2019 du BPA auprès de la population montre que près d’un Suisse sur trois (31%) pense que manger une tomate cerise est sans danger pour les enfants en bas âge. Il en va de même pour le raisin (23%).

Le fait d’avoir des enfants ou d’en garder régulièrement n’implique pas automatiquement une meilleure conscience des dangers. Si, dans les ménages sans enfant, 61% des Suisses estiment qu’une tomate cerise présente un risque, ils sont à peine plus (64%) dans les ménages comptant des enfants de moins de 6 ans. Selon les experts, les saucisses de Vienne, la croûte de pain, les carottes et les petits morceaux de pomme, notamment, sont tout aussi dangereux pour les enfants en bas âge.

Deux enfants de moins de cinq ans meurent en moyenne chaque année par asphyxie en Suisse. Le BPA recommande par conséquent de garder hors de portée des enfants en bas âge les objets et aliments plus petits qu’une balle de ping-pong. On veillera par ailleurs à signaler aux enfants plus âgés de ne pas offrir pareils aliments aux plus jeunes et de ne pas les laisser jouer avec de petits objets.

Ne jamais laisser un enfant en bas âge sans surveillance dans une baignoire

Chez les enfants, la fréquence des accidents mortels par noyade est quasi similaire. Là encore, les adultes ont tendance à sous-estimer ce risque. En effet, plus d’un tiers de la population estime que l’on peut laisser un enfant en bas âge dans une baignoire sans la surveillance d’un adulte si celui-ci est accompagné par des frères ou sœurs plus âgés. Il est cependant indispensable de toujours garder à l’œil et à portée de main les plus petits qui se trouvent dans l’eau car ils peuvent se noyer en l’espace de quelques secondes sans que l’on s’en aperçoive.

​Voitures: systèmes d’aide à la conduite peu répandus

Le sondage auprès de la population s’est également intéressé à des sujets relatifs à la circulation routière. Il montre notamment que si la plupart des Suisses connaissent les principaux systèmes d’aide à la conduite, peu d’entre eux conduisent la majorité du temps des voitures qui en sont équipées.

Un peu plus d’un quart des Suisses roule ainsi avec une voiture munie d’un assistant de feux de route ou d’une aide au stationnement. Ils ne sont en revanche que 11% à conduire régulièrement un véhicule équipé d’un assistant actif de reconnaissance de la signalisation, un système qui permet notamment de respecter les limites de vitesse.

Pour le BPA, ces assistants présentent un énorme potentiel de prévention des accidents graves de la route. Grâce à son portail Internet smartrider.ch, le BPA montre toute l’utilité de ces aides techniques, disponibles de série ou sur demande sur les modèles automobiles actuels. Quelques clics suffisent à comparer aisément les équipements proposés pour les modèles de différentes marques.

Méthode

Le sondage du BPA auprès de la population est mené annuellement depuis 1995. Il comprend actuellement une enquête téléphonique auprès d’un millier de personnes ainsi que deux enquêtes en ligne thématiquement distinctes, réalisées auprès de personnes âgées de 15 à 74 ans. L’échantillon provient du registre SRPH (cadre de sondage pour les enquêtes auprès des personnes et des ménages) de l’Office fédéral de la statistique. Il s’agit d’un échantillon aléatoire stratifié par âge et par région linguistique. 1684 personnes ont participé au sondage portant sur la circulation routière et 1498 à celui relatif à l’habitat et au sport.​

shopping_cart
Vers le panier
0