Communiqué de presse | 27 juin 2019

Baromètre 2019 de la sécurité routière Les accidents de la route touchent toujours davantage de seniors

La Suisse compte parmi les pays aux routes les plus sûres du monde. Ces deux dernières années, le nombre d’accidents de la route a toutefois stoppé sa baisse. Les accidents graves touchent par ailleurs davantage les plus de 65 ans qu’il y a quelques années. Voilà ce que révèle en substance le baromètre 2019 de la sécurité routière publié par le BPA. Un appel est donc lancé au monde politique et à l’administration pour un engagement encore plus fort en faveur de la sécurité routière.

Le nombre d’accidents de la route graves ou mortels répertoriés sur les routes helvétiques a reculé durant la dernière décennie. Cette baisse a profité à tous les usagers de la route jusqu’à 64 ans. Pour les seniors, en revanche, le chiffre stagne depuis un certain temps déjà; il a même progressé en 2018. En la matière, d’autres pays européens affichent un meilleur résultat. Tel est l’un des constats dressés par la nouvelle édition du baromètre BPA de la sécurité routière.

Pas d’amélioration pour les cyclistes

Le document du BPA révèle par ailleurs que le nombre de blessures graves ou mortelles subies par les automobilistes et leurs passagers a fortement diminué ces dix dernières années. Il n’en va pas de même des cyclistes, dont le chiffre des blessés graves tend à augmenter. Le trafic cycliste motorisé, qui est en plein essor, présente même une accidentalité en nette progression.

Engagement plus ferme des politiques

Ces évolutions montrent que la sécurité routière n’est pas chose acquise, mais qu’il faut œuvrer inlassablement en sa faveur. Hélas, l’engagement des chambres fédérales a récemment baissé, voire a fait fausse route. Le Conseil national et le Conseil des États ont par exemple décidé d’autoriser le débit d’alcool sur les aires d’autoroute. Le Parlement a en outre balayé prématurément l’introduction de l’éthylotest antidémarrage pour les récidivistes de la conduite en état d’ébriété.

En 2017, l’Office fédéral des routes (OFROU) a formulé le vœu d’abaisser, à l’horizon 2030, le nombre annuel de tués sur les routes suisses à moins de 100 et celui des blessés graves à moins de 2500. Aux politiques désormais de saisir la balle au bond en prenant des mesures fortes. Il serait notamment important de fixer des objectifs partiels afin de lancer plus aisément de nouvelles mesures de sécurité. Parmi les objectifs partiels envisageables, citons l’accès à l’éducation routière pour tous les enfants en Suisse, même au degré secondaire, ou encore l’exonération de la taxe d’importation pour les modèles de voitures particulièrement sûrs, ce qui serait profitable à l’ensemble des usagers de la route.

Il est par ailleurs fondamental de poursuivre le développement des infrastructures routières. Celles-ci devraient être construites de telle manière que les erreurs humaines ne soient pas à l’origine d’accidents graves. À cet égard, politiciens, propriétaires routiers, constructeurs automobiles et spécialistes de la prévention devraient adopter la «Safe System Approach», une approche efficace visant à améliorer la sécurité routière.

shopping_cart
Vers le panier
0

Félicitations, la sécurité dans le sport vous tient à cœur.

Découvrez les précieux conseils du BPA pour votre discipline.

Félicitations, la sécurité dans le sport vous tient à cœur.