Communiqué de presse | 19 novembre 2019

Accidents de sports mortels Près d’un tiers des victimes sont des touristes

Chaque année en Suisse, 184 personnes en moyenne perdent la vie en pratiquant un sport. Dans 58 des cas, la victime est un touriste étranger. C’est parmi les personnes qui décèdent en pratiquant le base jump que la part de touristes est la plus élevée, avec plus de trois victimes sur quatre domiciliées à l’étranger. De manière générale, la proportion d’étrangers parmi les victimes dépend de l’intérêt que ces derniers portent à la pratique de leur sport en Suisse.

La population suisse est globalement sportive et l’effet bénéfique de l’activité physique sur la santé est incontesté. Pourtant, quelque 400 000 sportifs se blessent chaque année en Suisse et 184 en moyenne perdent la vie. Ces chiffres proviennent du nouveau relevé du BPA, qui se fonde sur tous les accidents de sports mortels connus survenus entre 2000 et 2018.

77% des base-jumpers tués viennent de l’étranger

Cette statistique, qui s’intéresse notamment au pays de résidence des victimes, révèle qu’en moyenne près d’un tiers des tués sont des touristes étrangers. Ainsi, sur les 184 sportifs qui perdent la vie chaque année, 58 sont domiciliés à l’étranger. La proportion de victimes étrangères dans chaque catégorie de sport dépend avant tout de l’intérêt que les touristes portent à la pratique de ces sports en Suisse.

Par exemple, la Suisse est une destination prisée pour le base jump. Cela se reflète dans le fait que 77% des personnes qui décèdent lors d’un accident de base jump sont domiciliées à l’étranger. Il en va de même pour des sports tels que l’alpinisme (66%) ou le ski hors piste (52%). En ce qui concerne d’autres activités sportives, le tableau est inversé. Par exemple, l’ensemble des chasseurs décédés depuis l’an 2000 résidait en Suisse.

83 tués en montagne, 29 dans l’eau

Le plus grand nombre de tués, indépendamment du lieu de domicile, est recensé dans les sports de montagne: 83 en moyenne par an, dont 46 pour la randonnée et 29 pour l’alpinisme. Dans sa campagne «Prêt pour la rando?», le BPA et ses partenaires recommandent de bien préparer ses sorties, de poser un regard réaliste sur ses capacités, de se munir de l’équipement approprié et, une fois en route, de contrôler régulièrement que tout se déroule comme prévu.

Les sports d’hiver, quant à eux, occasionnent 39 décès par an, dont la plupart surviennent lors de la pratique du ski de randonnée (17) ou du hors-piste (8). Le BPA conseille aux amateurs de ski de randonnée la plateforme www.skitourenguru.ch, qui propose en hiver une sélection quotidienne d'itinéraires à risque d'avalanche modéré, fondée sur le dernier bulletin d'avalanches.

Dans les sports aquatiques, 29 personnes en moyenne perdent la vie chaque année. Nombre d’entre elles se noient en se baignant ou en nageant en eaux libres. Dans ce domaine, le BPA et ses partenaires recommandent de soumettre les enfants au contrôle de sécurité aquatique (CSA).

D’une manière générale, le nombre de tués dans un sport donné ne dit rien du risque de décès lié à cette activité. Pour estimer ce risque, il faudrait tenir compte du nombre de sportifs actifs ainsi que de leur expérience. Or, ces deux informations sont mal connues pour de nombreux sports.

shopping_cart
Vers le panier
0