SPRACHE
>
>
Rapport SINUS 2018
Rapport SINUS 2018

​Erreurs de comportement à l’origine de la plupart des accidents graves de la route

1111 personnes ont été grièvement ou mortellement blessées en 2017 sur les routes suisses par la faute d’usagers de la route inattentifs ou distraits. La cause d’accident «refus de priorité» est à peu près aussi fréquente. Comme précédemment, vitesse excessive et alcool comptent également parmi les principales raisons des accidents graves. Le rapport SINUS 2018 du bpa brosse un tableau de la situation.

Pour 2017, la Suisse fait état de 230 tués et 3654 blessés graves sur ses routes. Tout juste parue, l’édition 2018 du rapport SINUS du bpa consacré au niveau de sécurité et à l’accidentalité routière en Suisse montre que les erreurs comportementales restent à l’origine de la majorité des accidents graves de la circulation.

Distractions: responsables de trois blessés graves par jour

Les usagers de la route inattentifs ou distraits sont souvent responsables d’accidents occasionnant des blessés graves ou des tués sur les routes suisses; on recense ainsi en moyenne 3 blessés graves liés à cette cause chaque jour. La distraction n’est pas un phénomène propre à un sexe: on la retrouve dans une même mesure chez les hommes et chez les femmes causant des accidents. Des différences apparaissent toutefois selon l’âge: chez les 18-24 ans, les distractions jouent un rôle bien plus important que chez les responsables d’accident plus âgés.

Les accidents graves dus à des refus de priorité sont presque aussi nombreux: cette cause d’accident occasionne également environ 3 blessés graves chaque jour. Ne pas accorder la priorité est même la cause d’accident la plus fréquente à l’intérieur des localités. Pour 75% des accidents graves qui en résultent, les fautifs sont des automobilistes. Les usagers de la route qui paient le plus lourd tribut pour ces refus de priorité sont les piétons, sans compter les motards et les cyclistes: environ 40% des tués dus à cette cause étaient en route à pied. Cette proportion est encore plus importante dans les localités.

Une vitesse excessive est chaque jour à l’origine de dommages corporels graves chez deux usagers de la route; pour l’alcool, il s’agit d’un usager. Ces deux causes d’accident sont donc un peu moins fréquentes, mais les accidents qui en découlent sont nettement plus lourds de conséquences et ont plus souvent une issue fatale.

Agir sur le comportement

La majorité des accidents de la route est donc à mettre sur le compte d’erreurs de comportement. Selon les procès-verbaux d’accident de la police, les défauts des véhicules ou de l’infrastructure routière ont en revanche une moindre importance. Bien que les insuffisances de l’infrastructure soient rarement à l’origine d’accidents, elles présentent un important potentiel de prévention. Sur la base des résultats les plus récents de la recherche accidentologique et préventive, les professionnels du bpa misent notamment sur les campagnes de prévention, la formation et les conseils pour limiter les comportements risqués et améliorer l’infrastructure.

D’où la conclusion suivante: une infrastructure routière optimale agit favorablement sur le comportement des usagers, p. ex. au travers de limites de vitesse compréhensibles. Il en va de même des progrès techniques, tels que les systèmes intelligents d’assistance à la conduite.

 ‭(Masqué)‬ Réutilisation de l'élément de catalogue

Oui