SPRACHE
>
>
Accidents de la route
Accidents de la route

​Jeunes adultes particulièrement touchés

Chaque année, en moyenne, 32 jeunes adultes perdent la vie sur les routes suisses et 450 autres sont grièvement blessés, le plus souvent alors qu’ils se trouvaient à bord d’une voiture de tourisme ou qu’ils conduisaient une moto. Dans son nouveau dossier de sécurité, le BPA décrit les aspects déterminants en matière de formation à la conduite et souligne l’importance de rendre les véhicules et les infrastructures routières encore plus sûrs.

Comme automobilistes et comme motards, les jeunes adultes entre 18 et 24 ans subissent bien plus d’accidents graves sur les routes que les autres tranches d’âge. Après avoir analysé les facteurs de risque de ces usagers de la route, le BPA a dégagé des mesures de prévention potentielles. Ainsi, son dossier de sécurité paru aujourd’hui montre comment agir face au grand nombre de victimes recensées chaque année (32 tués, 450 blessés graves).

Les raisons qui expliquent le fort risque d’accident au début de l’âge adulte sont plurielles. D’une part, ces usagers manquent initialement (et en toute logique) de l’expérience et de la routine si importantes pour la sécurité. D’autre part, les 18-24 ans ne sont qu’en phase de devenir adultes, d’où une certaine tendance à se surestimer, à adopter des comportements à risque et à consommer de l’alcool.

Distractions au volant: encore plus dangereuses pour les jeunes conducteurs

À cela s’ajoutent d’autres risques liés à l’âge. Comme beaucoup de jeunes conducteurs n’ont pas encore complètement assimilé la conduite, les distractions – à commencer par l’utilisation du téléphone portable au volant – sont d’autant plus dangereuses pour eux. De même, la présence de passagers du même âge, la pression de groupe ou la recherche de sensations fortes peuvent contribuer aux accidents, tout particulièrement chez les jeunes hommes.

Optimisation de la formation à la conduite et des véhicules

Il y a quatre mois, le Conseil fédéral a décidé de réduire d’un jour les cours de perfectionnement pour les nouveaux conducteurs. En revanche, il n’a pas précisé les mesures permettant d’atteindre les améliorations nécessaires en la matière, notamment une meilleure formation quant à la prise de conscience des dangers. À l’avenir, les courses d’exercice privées au volant d’une voiture de tourisme seront autorisées dès 17 ans. Et l’âge minimal d’accès à certaines catégories de motos a été abaissé. Dans les années à venir, il s’agira d’examiner l’impact de ces changements sur l’accidentalité.​

La formation à la conduite a un rôle essentiel à jouer dans la réduction de l’accidentalité routière grave des jeunes adultes. Il est tout d’abord fondamental de sensibiliser ces usagers de la route à des thèmes tels que la vitesse, l’alcool, les distractions au volant ou encore l’influence des passagers. Il y a ensuite lieu de leur montrer l’utilité de différents systèmes d’assistance à la conduite dès la formation à la conduite.

Il est en outre important de promouvoir les nouvelles technologies de sécurité, et tout particulièrement l’assistant au freinage d’urgence. Les nouveaux véhicules de toutes marques devraient en être équipés; pareille obligation fait d’ailleurs l’objet d’un débat au niveau européen. Des infrastructures routières modernes et sûres seraient par ailleurs profitables à l’ensemble des usagers de la route, et donc également aux jeunes conducteurs.

 ‭(Ausgeblendet)‬ Wiederverwendung von Katalogelement

Ja