SPRACHE
>
>
Alcool au volant
Alcool au volant

Les Suisses connaissent de moins en moins le taux limite autorisé

Un sondage du bpa – Bureau de prévention des accidents révèle que de moins en moins d’automobilistes suisses peuvent correctement citer le taux limite d’alcool autorisé et ceci indépendamment de l’unité de mesure. En effet, depuis l’introduction de la nouvelle méthode de mesure en 2016, le taux se calcule en milligrammes d’alcool par litre d’air expiré. Cette notion demeure cependant quasiment inconnue des Suisses.

Depuis le 1er octobre 2016, en Suisse, le principe de la force probante du contrôle de l’alcool au moyen de l’éthylomètre a été introduit, accompagné d’une nouvelle méthode de mesure, soit la concentration d’alcool en mg/l d’air expiré. Un sondage du bpa démontre que les automobilistes suisses connaissent de moins en moins le taux limite d’alcool autorisé de 0,25 mg/l (correspondant à 0,5 pour mille dans le sang) et ceci indépendamment de l’unité de mesure. Alors qu’en 2005 seuls 3% des sondés indiquaient un taux plus élevé que celui autorisé, ils sont dorénavant 12% à croire qu’il est admis de boire plus que la loi ne l’autorise à la fin de la période probatoire.

Selon le même sondage, moins de 2% des Suisses indiquent spontanément que le taux limite d’alcool se mesure en milligrammes d’alcool par litre d’air exprimé (mg/l). Environ 40% des Suisses donnent une valeur en pour mille – seule unité en vigueur avant octobre 2016 – et le reste des sondés, soit la grande majorité, n’indique pas d’unité de mesure ou ne donne pas de réponse.

Risque multiplié par deux

Il est important de savoir que la consommation d’alcool altère la capacité de conduire: temps de réaction, surestimation de soi, perception du trafic, etc. Avec un taux de 0,25 mg/l (soit 0,5 pour mille), le risque d’accident mortel pour le conducteur est d’ailleurs multiplié par deux par rapport à un taux nul. La recommandation du bpa, également valable durant les fêtes de fin d’année, est donc la suivante: boire ou conduire, il faut choisir.

En cette fin d’année, le bpa diffuse dans le cadre de sa campagne de prévention une vidéo réalisée en collaboration avec les polices de Suisse romande et du Tessin. Ce clip diffusé sur les réseaux sociaux met en scène un accident particulièrement brutal causé par un automobiliste sur le chemin du retour d’un apéritif.

Les conseils du bpa

  • L’interdiction valable pour les nouveaux conducteurs devrait servir d’exemple à tous: boire ou conduire, il faut choisir.
  • Si vous voulez tout de même consommer de l’alcool, prenez les transports publics ou un taxi, limitez votre consommation à un verre ou désignez une personne qui renoncera à l’alcool.
  • Ne combinez pas alcool et drogues. Dans le cas où vous devriez prendre des médicaments, renseignez-vous auprès d’un spécialiste afin de déterminer l’influence qu’ils pourraient avoir sur votre capacité de conduire.
 

 

 ‭(Masqué)‬ Réutilisation de l'élément de catalogue

Weitere Informationen

Kontakt

Oui