SPRACHE
>
>
Autoriser la vente et le débit d’alcool sur les aires de ravitaillement autoroutières?
Autoriser la vente et le débit d’alcool sur les aires de ravitaillement autoroutières?

Une levée de l’interdiction augmenterait le risque d’accident sur les autoroutes

En Suisse, il existe depuis 1964 une interdiction de vente et de débit d’alcool sur les autoroutes. Celle-ci contribue heureusement à un bon niveau de sécurité des autoroutes suisses. La Commission des transports du Conseil national désire cependant lever cette interdiction. Le bpa – Bureau de prévention des accidents craint que cette décision ne provoque une augmentation du nombre d’accidents liés à l’alcool sur les autoroutes et conseille vivement, pour des raisons de sécurité, de maintenir l’interdiction.

En Suisse, il est interdit de vendre et de servir de l’alcool sur les installations autoroutières annexes, c.-à-d. les aires de ravitaillement et les stations-service. Cette interdiction, en vigueur depuis 1964, contribue au fait que les autoroutes suisses sont heureusement sûres. Les interventions parlemen-taires visant à abolir cette interdiction ont été systématiquement balayées par le Conseil fédéral et le Parlement. Selon un nouveau sondage du bpa, quelque 82% des Suisses soutiennent cette mesure. La Commissions des transports et des télécommunications du Conseil national veut cependant lever l’interdiction.

30% des contresens actuellement dus à l’alcool

Selon le rapport SINUS 2016 du bpa, l’alcool joue un rôle dans environ 13% des accidents graves enregistrés sur les autoroutes. Avec l’abolition de l’interdiction, cette problématique se renforcerait.

La recherche démontre que les établissements proposant de l’alcool sont la principale source d’automobilistes alcoolisés. Des études prouvent de plus qu’une forte densité de lieux de débits va de pair avec une consommation élevée d’alcool et les problèmes qui en découlent, comme les accidents. Ceci est particulièrement problématique pour les jeunes conducteurs inexpérimentés ainsi que les chauffeurs de camions ou d’autocars, dont les grands véhicules provoquent potentiellement des accidents plus graves. Le risque de contresens serait également plus élevé, alors qu’aujourd’hui déjà, un tiers des cas sont dus à l’alcool. Environ la moitié des contresens ne débutent pas au niveau des entrées d’autoroute mais sur les autoroutes mêmes, par exemple au niveau des aires de ravitaillement. La consommation d’alcool augmente par ailleurs la fatigue au volant, ce qui peut donner lieu à davantage d’accidents dus à un assoupissement. Enfin, la levée de l’interdiction torpillerait les restrictions relatives à l’alcool adoptées dans le cadre de Via sicura.

Les aires d’autoroute ne sont pas comparables aux restaurants situés en bordure de route: après avoir mangé et bu, les clients des premières parcourent des trajets souvent longs et fatigants à vitesse élevée, ce qui est moins fréquent sur le reste du réseau routier.

Le bpa recommande vivement de maintenir l’interdiction de vente et de débit d’alcool sur les autoroutes.

 ‭(Masqué)‬ Réutilisation de l'élément de catalogue

Weitere Informationen

Kontakt

Oui