SPRACHE
Les aînés au volant

Chaque année, les erreurs de conduite des plus de 65 ans causent la mort d’environ 35 personnes en Suisse. Pour réduire le risque d’accident, le bpa recommande les mesures suivantes: un soutien optimal des seniors par les médecins et pharmaciens pour maintenir leur aptitude à la conduite, des tests d’autoévaluation pour les aînés, un trajet-conseil avec un conseiller en conduite ainsi que le recours plus fréquent à une restriction de l’autorisation de conduire. L’effet des examens médicaux d’aptitude à la conduite mérite, quant à lui, d’être réétudié.

Il ne faut pas surestimer le risque que constituent les seniors pour les autres usagers de la route, car les jeunes conducteurs continuent de présenter le plus grand risque d’accident par kilomètre parcouru. En effet, les aînés au volant d’une voiture de tourisme sont à l’origine d’à peine 15% des tués et 13% des blessés graves recensés dans les accidents de la route en Suisse.

Le bpa procède actuellement à une étude approfondie de l’effet des examens médicaux d’aptitude à la conduite des aînés tels qu’ils sont prévus par la loi, car des études étrangères ont émis des doutes quant aux bénéfices d’un tel système pour la sécurité routière. La réglementation suisse actuelle prévoit que tous les seniors âgés de 70 ans et plus doivent se soumettre régulièrement à un contrôle médical. En automne 2017, le Parlement a toutefois décidé de relever de 70 à 75 ans l’âge à partir duquel il est obligatoire de se soumettre à des examens de contrôle réguliers.

Dans le système actuel, il est essentiel que les médecins assument pleinement leur double rôle. D’une part, il leur appartient, en collaboration avec d’autres professionnels de la santé, de maintenir aussi longtemps que possible une mobilité sûre des seniors. Pour ce faire, ils peuvent lutter contre les altérations dues au vieillissement et aux maladies à l’aide de médicaments, de moyens auxiliaires ou d’autres traitements, et renforcer ainsi la sécurité routière. D’autre part, les médecins de famille doivent émettre, à l’intention des offices de la circulation, des recommandations quant au retrait du permis de conduire lorsque l’aptitude à la conduite du senior fait défaut. Si l’examen médical ne donne pas lieu à une conclusion claire, un expert sera mandaté pour faire passer un test de conduite.

Par ailleurs, l’appréciation de leur aptitude à la conduite par les seniors eux-mêmes joue un rôle déterminant dans la sécurité routière. Des tests d’autoévaluation standardisés et bien conçus peuvent constituer une base décisionnelle utile pour les aînés et leur entourage. Le bpa conseille par ailleurs aux conductrices et conducteurs âgés de faire, de leur plein gré, un trajet-conseil avec un conseiller en conduite (moniteur de conduite ayant accompli une formation complémentaire), qui sera en mesure de porter un regard professionnel sur leurs compétences en matière de conduite.

Enfin, le bpa recommande aussi le recours plus fréquent à une restriction de l’autorisation de conduire, une possibilité qui existe déjà à l’heure actuelle. Cette mesure signifie qu’un conducteur peut p. ex. être autorisé à prendre le volant seulement de jour (en cas de vision nocturne altérée) ou dans un rayon limité qui lui est familier.

Octobre 2017

Oui